Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 20:50

 

 

DSCN2414.JPG

  Les dessous de l’Ange séchant sous la lune »

                    Diane Meunier Août 09

 Glycéro + petit linge en coton sur Isorel / 130x107cm

 

J’attrape ma pensée muette en plein vol

animée comme une image je bouge

comme un nuage léger

poussé d’un bord du ciel à l’autre

sans désir ni volonté autres

que le mouvement...

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 09:42

 

 

 

IMG00164

                                            "En partance" (Personnages n°1)

              Diane Meunier 2011 /sur papier végétal du Moulin de La Roque / 65x50cm 

 

 

Quel leurre est-elle ?

Je ne suis pas une plume légère de colibri

Je ne suis pas un âne gris au regard tendre

Je ne suis pas un poisson d’argent filant dans le cours d’eau

Je ne suis pas l’éclair qui transperce les nuées  sombres

Je ne suis pas la clarté d’une matinée  prometteuse

Je ne suis pas le vent qui joue dans les arbres

Je ne suis pas une perle rare et précieuse

Je ne suis pas l’étoile aguicheuse clignant de l’œil

Je ne suis pas une goutte cristalline posée sur un pétale

Je ne suis pas un cristal de neige parfait

Je ne suis pas ce ruban de lune sur l’étang

Je ne suis pas une étincelle dans le feu du  soir

Je ne suis pas une biche dégustant une baie

Je ne suis pas un champ de coquelicots  radiants

Je ne suis pas un vol d’hirondelles après la pluie d’orage

Je ne suis pas une louve affamée et aimante

...

 

Je refuse d’être un rêve

pas celui d’un dieu en tout cas

ou serait-il d’un autre dont vous savez le nom

je ne mérite pas la terre

je ne vois pas ce qui est beau

ce qu’il y a à aimer

je refuse d’être vivante

je car je ne suis qu'un leurre...

 

Et je m’en fous

Je ne suis pas d’ici et je m’en vais

demain

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 08:24

 

 

...du néant dans le vide...

"Trop de néant dans le vide" Diane Meunier 2012/Glycéro + poudre d'argent sur bois 130x145cm

 

 

Oui! Je crois que " j'en ai assez de verser du néant dans le vide!"

 et  même si je suis "Meunier",  je suis fatiguée de brasser

 du vent  comme un moulin du même nom...

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 09:49

 

 

 

 011.jpg

 

 

D’un moi à l’autre

 

ce MOI pense : rêvè-je ou si je dors ?

Qui me regarde et m’écoute

en cet état multiple ?

 

ce MOI se dit : je vais peindre ce que je dis

et jouer ce que je pense

et chanter la bonne idée

 

ce MOI se hisse dans sa pensée non finie

grimpe à l’échelle

qui descend du ciel

 

 

ce MOI  rit  suivi par tous les autres MOIs              

ébahis  oubliant

 leurs vulgaires appétits

 

Chuuuuut ! chuuut ! chuchute un MOI                

endormi sous l’arbre

le cul dans l’herbe humide

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 09:36

 

 

 

004

 

 

 

Le corps du langage

 

 

 

Ici.........................et

 

                              .........................................là...........

 

 

 

font le grand écart ...

 

et tous les points se suspendent dans l’espace

 

entre les mots...pour qu’ils respirent...

 

 

 

C’est qu’il est bien calculé le corps du langage !

 

Architecturé, sculpté, ordonné par des Sages antiques

 

conscients des lois des énergies des espaces et des pleins

 

Alors quand ici vient là et le haut en bas

 

que la parole parle au silence et vice-versa

 

que les mots s’inventent et nous invitent

 

Eh bien ce n’est pas n’importe quoi ni n’importe comment

 

Tu comprends ?

 

 

 

Et puis suivent les signes :

 

points, virgules, points-virgules (pour l’aération)

 

points d’exclamation d’interrogation (pour l’expression)

 

tirets (pour écarter) parenthèses (pour qu’on se taise)

 

guillemets (avec ce qu’ils ont à raconter)

 

majuscules, minuscules, pleins et déliés, et cætera (pour abréger)

 

Avec les comment et les pourquoi, les peut-être et les faux et

 

les vrais semblants

 

Eh bien ça devient amusant!

 

N’est-ce pas ?

 

 

 

Il y a tant d’infini d’indéfini de fini de pas fini...dans tout ça...

 

Tiens ! Voilà des points.............................................. 

 

C’est qu’il faut respirer un brin...................................... !

 

Ne faut-il pas .................................................... ?

 

Sans oublier qu’il faut un corps pour véhiculer les mots

 

avec une bouche qui plus est (au début en tout cas !)

 

et un cerveau pour la pensée (si on s’y est exercé...)

 

Ensuite il faut un stylo et un papier où les poser...

 

une e(a)ncre pour les fixer

 

ou pour plus de modernité : un clavier pour les taper et un écran pour

 

les déchiffrer...s’ils sont codés !

 

C’est qu’ils sont futés les mots

 

Ils commencent même à s’écrire tous seuls !

 

avec des machines qui font tout le boulot !

 

et bientôt les hommes cesseront de porter leurs mots

 

ils redeviendront idiots (s’ils l’ont jamais été...)

 

 

 

Mais, ça reste à prouver !

 

Je ne voudrais pas calomnier!

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 09:50

 

 

 

 

  Coeur Noir - Diane Meunier Mai 2013 - carton-plume collé s

 

 

-  Je suis très contente de mon désespoir !

Il ne perd jamais courage

Ça prouve que tout n’est pas perdu...

 

-  Mon désespoir est sain !

J’en suis sûre, puisqu’il ne me tue pas !

 

- J’aime mon désespoir !

Il signifie que je suis encore vivante !

 

-  Mon désespoir est sain !

C’est sûr, puisqu’il me tue !

 

-  Le désespoir est joyeux quand on n’a plus rien à espérer !

 

-  Le désespoir a ça de bien qu’il étouffe l’ennui !

 

-  Une vie sans désespoir est comme le sel sans la soupe 

 

A suivre...

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 15:27
 
 
 
 
010-copie-1.jpg
 
L’emmerdement sacré (le  retour! )
  
            Ignominie des heures creuses, des vies creuses comme s'il n'y avait que des trous dans le
fromage de tête. 
            Et les rats du monde qui se battent pour s'en tartiner d'abondance ! C'est vrai qu'on doit
tellement puer la connerie! Un vrai régal pour ces bestiaux!
             Je vis entourée de nature, fleurs, arbres, petits zoziaux et compagnie et je m'emmerde.
C'est très joli mais je m'emmerde, je m'emmerde, je m'emmerde à crever.
             En ville aussi je m'emmerde. Trop bruyant trop puant trop fréquenté.
             Chez des amis je ne m'emmerde plus parce que j'en ai plus. Ils m'emmerdent et je les emmerde.
 Chacun voudrait refaire le monde à sa manière. Trop compliqué  et fatigant.
             S'emmerder tout seul au moins ça n'emmerde personne
             A cheval, en voiture, allongée ou sur pieds, en voyage ou à la maison, (tiens, rien que ces expressions :
 "à la maison", ou "en voyage"... ou encore "en famille", aïe  aïe  aïe ! quelle merde !) je m'emmerde.
             Au ciné, je ne m'emmerde plus car j'y vais plus. Trop cher, trop loin. Les films et les séries de merde
à la télé de merde me suffisent. Et je vais pisser quand j'en ai envie. Sans emmerder personne.
Et pas un emmerdeur pour gêner ma vision. Et parlons pas des magasins de merde et ces chariots plein de
 merdes qu'on achète parce qu'on s'emmerde !
            L'emmerdement créatif est-il un moindre mal ? :  Ecrire, peindre, lire, chanter, danser, jouer,
s'incarner  dans une peau de merde en faisant semblant d'être une merde plus intéressante que
 la merde ordinaire...
     Ou bien voir des acteurs de merde éructer, suer,
postillonner, se masturber devant un public (ça s'est vu!) qui s'emmerdent ou font semblant
de pas, ça a quelque chose de surréaliste qui me ferait presque apprécier l'odeur de cet
 emmerdement...
        Peut-être la merde artistique est-elle parfumée ?
La seule humable parce qu'elle se revendique comme telle :  une bien belle merde ?
Ou est-ce la pire ?
          La merde parfumée, maquillée, ça vous fait pas gerber ?
          La boîte à merde aussi parfois me piège dans son merdier. Connexion au monde parfait de la merde
planétaire qui distrait - pus ou prout - de la merde individuelle, sans aucun effort s'il vous plaît: la merde
prête à porter!...
chacun y trouve la merde sans goût et presque sans coût.
          Des fois, il y a de très jolis films qui parlent de gens dans la merde qui arrivent à aimer quand même
cette vie de merde et ce monde de merde! Il en faut pour tous les goûts. Moi, ça me fout le cafard.
Mais qu'on ne vienne pas me faire la morale de merde.
          Les méchants qui déglinguent tout ce monde de merde moi je dis : c'est les vrais sauveurs.
Mais ceux qui font un sale boulot de merde ne sont jamais reconnus pour leurs mérites.
Il en faudrait plus pourtant. 
          Mais chacun a la carrière qu'il peut ! Qui a le choix ?
          Et les donneurs de leçons de merde sont les pires parce qu'à cause d'eux ce monde de merde peut
continuer !
 
         Allez, je m'arrête là, on finirait par s'emmerder...
 
 
 
Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 10:00

 

 

 

 006-copie-1.jpg

 

J'ai oublié la forêt

ses géants bruissants aux grands pieds enterrés   

nés du vent et de la terre,     

lançant leurs bras comme des crochets   

 agrippés au néant  au vertige au-dessus         

 leurs doigts jouant de la lumière    

vibrant d'une attente patiente   

 inconnue des hommes...

 

 

J'ai oublié le désert

hermétique voluptueux rythmique   

le brutal Hoggar brûlant l'espoir   

les mirages tremblants d'oasis rêvées   

les étoiles intenses amassées entassées sur nos têtes   

comme les grains de sable sous nos pieds   

et ce ciel concentré  écrasant  l'orgueil    

comme un scorpion...

 

J'ai oublié l'océan

les vents brisants affolants   

les chants profonds des baleines   

l'envoûtement  des sirènes   

les dauphins dansants   

les grands oiseaux braillards,   

mendiants arrogants  drolatiques         

les voiliers angéliques   

les masses d'eau grondantes perturbantes    

ondulantes   

extatiques...

 

 

J'ai oublié le pôle sud le pôle nord      

la banquise émouvante   

la vastitude glacée étincelante      

les traîneaux éreintés    

les géants blancs immobiles     

imperceptiblement vivants   

les majordomes rassemblés tassés   

dans la bise hurlante  

impassibles   

leurs petits sur les pieds    

Puis l'aurore boréale d'une beauté sidérante,   

le retour du soleil, le ciel parfait  

enfin clément...

 

J'ai oublié la montagne   

ses élans stridents, ses tragiques déchiquètements,    

ses ruisseaux cahotants ou faméliques,   

son couronnement blanc,   

son abdication grise, chaotique

 

 

J'ai oublié les champs  les saisons fantasques,   

les moissons mécaniques     

les fleurs philanthropiques   

souriant du simple plaisir d'exister  d'être aimées   

j'ai oublié l'orage bienfaisant  content de lui    

tournant dans les blés affolés   

et sitôt englouti

 

 

J'ai oublié la terre, la lune et son tournis   

les continents les mers  les astres et l'infini   

j'ai oublié l'ombre et la lumière les couleurs    

le noir  le blanc  le gris   

j'ai oublié immensément le grand      

intensément le petit

 

 

J'ai oublié les cités   

les tours nobles, prestigieuses   

et celles déchues  exilées   

les marchés  les marchands,    

les modestes quartiers,  les brillants,   

les avenues palpitantes  agitées   hurlantes   

la foule pressée excitée  excitante

frémissante  angoissée...

 

 

J’ai oublié les mendiants    

ignorés repoussants repoussés,   

les rues désertes qui regardent passer   

 en alerte

le promeneur solitaire   

avec son chien - son corollaire

 

 

J'ai oublié le temps,   

j'ai oublié les gens,   

j'ai oublié leurs sourires,

leurs larmes

leurs colères   

leurs espoirs   

leurs folies

 

j'ai oublié ma mère mon père    

mon ami mes enfants    

mes amis mes parents    

mes voisins mes ennemis

 

j'ai oublié

les compagnons de route    

l'espoir la lutte le doute le plaisir    

et d'oubli en oubli   

j’ai oublié qui je suis    

et puis   indifférente   

 la vie m'a oubliée    

aussi...

 

 

 

     

  003-copie-1.jpg 

 

    

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 09:21

 

 

 

017---Copie--4----Copie.jpg

 

 

 

Chaque matin

mettre son casque

et rouler sur la terre

Que faire d’autre ?

Allez!

Roulez jeunesse!

Le tourniquet s'emballe

le monde s'affole

et les monstres rigolent!

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 09:21

 

 

Personnages--2--Diane-Meunier---2012---sur-papier-vegetal.JPG

Personnages (2)  Diane Meunier 2012 / sur papier végétal 65x50cm

 

 

Rituels de survie

 

Ne sommes-nous que des errants

renouvelables?

des visiteurs    imprégnés d'inutile   qui ne visitons rien?

S’extraire de la masse de la mélancolie

la mélancolie de masse    éperdue et perdue

 

                                        Le silence clôt l’espace

Les odeurs complices se dérobent aussi

contrairement aux douleurs

               et s’égoutte le temps

comme la graisse qui tombe lourdement

               lentement                    de nos os

dans l’inutilité de rites    obsolètes

caractériels    inadéquats

Evénement ou absence d’événement..

Le chemin nous échappe

nos limites le cachent

 

alors nous faisons mine de les interroger...

 

(extrait du recueil " N'importe quel doute fera l'affaire)

 

 

 

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de l'écrit de la chouette
  • Contact

Profil

  • Diane Meunier / mystic'anar / nadie
  • Poète, éditrice artisanale ("l'écrit de la chouette",peintre,comédienne,auteure-compo-interprète de 5 CD (Universal Jeunesse) + co-fondatrice de la Cie R.A.O.U.L. & R.I.T.A. avec Thierry Lefever (voir dans "liens")

Texte Libre

Tous les textes et toutes les images  (reproductions de peintures et de dessins, ainsi que les photos) - sauf exceptions dûment identifiées - sont de Diane Meunier, l'auteure de ce blog. Tous les droits sont donc exclusifs, sauf autorisation au cas par cas.

Recherche