Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 09:59

 

 

Je fais mine de m’interroger...

Quelque chose qui dirait la vraie nature des choses

Incohérence des morceaux de vie et d’actes à jamais mal posés

Possibles et impossibles comme des tyrans siamois

Imaginer le plaisir pour le faire revenir de très très loin

pour le rendre « réel »  (guillemets à retenir!)

  

Ou simplement le laisser passer pour ne pas l’hypothéquer

comme la chance

S’extraire de la masse de la mélancolie de la mélancolie de masse

Cultiver les extrêmes le très peu de rien ou le plus de beaucoup

Renoncer à la passion et au manque de passion

Rassembler tout et rien

ou tout ou rien ou bien les séparer

Les forces s’électrisent dans les rapports ou se court-circuitent

et s’éteignent dans le faux

Ne pas ralentir si ce n’est pour passer plus vite

Le début garantit la fin et c’est bien !

S’il y a fin le début est garanti...

Est-ce que c’est bien ?

  

Les étoiles ne consolent plus

On sait maintenant ce qu’elles cachent ces masses de cailloux inertes

roulant sur l’équivoque depuis le mensonge de la création

Les astres mentent aussi et aussi bien que nous

Créatures ambigües évoluant sans autre guide

que la mystification antique

On ne peut plus comprendre ce qui n’est plus

et nous chavirons à chaque instant !

Pourtant nous faisons mine de nous interroger...

  

Nous nous réjouissons de ressentir quelque chose

comme une grâce ou une protection

Alors que nous ne faisons que nous étourdir

En découlent des actes incompréhensibles

des vies absconses parfois monstrueuses

des non-sens absolus

Et quelque chose survient

Et les étoiles font semblant de vivre pour nous

Et nous faisons mine de les interroger...

Anxieux de nous éteindre avec elles

  

« Ecrire...c’est faire un bond en dehors du rang des assassins »

dit Kafka

Pourtant un tas d’assassins écrivent...

Les mots sont mystérieux et leur choix troublant

Et l’ignorance nous estime à l’inutilité de nos questions

Aucune chose sérieuse au monde...sauf le rire

Nous sommes aussi mécaniques que des vers

« Je vis parce que les montagnes ne savent pas rire,

 ni les vers de terre chanter »

dit Cioran

Nous sommes des visiteurs qui ne visitons que l’absence

Et parfois nous voyons quelque chose...

Et faisons mine de nous interroger...

 

Du temps, marée après marée

nous attendons toujours quelque chose

 mais tout ce qui reste du monde est déjà histoire passée

Depuis le début nous vivons en suspension

En quête du fond des choses nous ne voyons qu’un trou

parfois éblouissant

Avènement ou absence d’événement...

Simple exercice de mouvement de néant ou

 de brossage de cailloux

Le chemin nous échappe nos limites le cachent

Alors nous faisons mine de les interroger

  

Flottant jamais bien longtemps dans l’insouciance

Tendance à couler couler profond

Trop d’images nous attirent vers le fond

Trop de pensées y retiennent les corps

 

Et bientôt nous ne pourrons plus nous interroger

 

 

 

  014 - Copie

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Diane Meunier / mystic'anar / nadie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de l'écrit de la chouette
  • Contact

Profil

  • Diane Meunier / mystic'anar / nadie
  • Poète, éditrice artisanale ("l'écrit de la chouette",peintre,comédienne,auteure-compo-interprète de 5 CD (Universal Jeunesse) + co-fondatrice de la Cie R.A.O.U.L. & R.I.T.A. avec Thierry Lefever (voir dans "liens")

Texte Libre

Tous les textes et toutes les images  (reproductions de peintures et de dessins, ainsi que les photos) - sauf exceptions dûment identifiées - sont de Diane Meunier, l'auteure de ce blog. Tous les droits sont donc exclusifs, sauf autorisation au cas par cas.

Recherche